*
Chant de  Saraha

Je rends hommage au Bouddha

Entrelacs des natures de la
Compassion et la vacuité,
Sans dichotomie, celle-là
Existe,  ininterrompue.
Je vois la vide yogini
Trayant, trayant, buvant le ciel. [1].
Sans qu'elle ne voit le ciel s'unir
Au ciel, sans rester au plan où
Le samsara  est un carcan.
Le samsara  est un carcan
Je vois la vide yogini
Trayant, trayant, buvant le ciel. [2]
Une telle yogini  s'est mûe
De sa maison,  de sa racine.
La saveur de la compassion
Est grande, elle est immaculée.
Je vois la vide yogini
Trayant, trayant, buvant le ciel. [3]
Pourquoi  les autres font-ils donc
Ce que dit Sahara? Vaquer
Jour et nuit, pour traire le ciel?
Jour et nuit, pour traire le ciel?
Je vois la vide yogini
Trayant, trayant, buvant le ciel. [