*

Prière d'aspiration au sens ultime, 
le Mahamudra
photo tanka III karmapa
1-Lamas, yidams, et du maṇḍala, déités,
Bouddhas, vos filles et vos fils des dix directions, des
Trois temps, nous dédiant vos aimantes pensées,
Que vos vagues de grâce
exaucent notre prière
D’aspiration, qu’elle s’accomplisse telle que dite  ! (Bis)
2-Que le flot d’excellents actes accumulés
Par tous les êtres et moi, infinie multitude,
Jailli du névé des très pures motivations,
Sans le limon des trois axes, vienne s’épancher en
L’océan des quatre corps de tous les vainqueurs. (Bis)
2-Que le flot d’excellents actes accumulés
Par tous les êtres et moi, infinie multitude,
Jailli du névé des très pures motivations,
Sans le limon des trois axes, vienne s’épancher en
L’océan des quatre corps de tous les vainqueurs. (Bis) 
3-De ce jour, tant que nous n’aurons pas eu ce fruit,
Pendant ces vies où nous naitrons et renaitrons,
Que jamais souffrance, mal ne nous touchent même en mots.
Notre conduite aura l’aura d’un océan
De comportements justes et de félicité. (Bis)
4-Dotés des Libertés et Ressources sublimes,
La Foi, l’énergie, et la sagesse acquises,
Abreuvés du suc des préceptes, sous la tutelle
De bons amis de bien, que durant toutes nos vies,
Pratiquant leurs dits de bonne manière, sans obstacles,
Nous fassions notre miel de ce dharma sincère !
5- Puissent les textes, la logique nous affranchir du voile
De l’ignorance, contempler les instructions-clefs,
Vaincre les ténèbres du doute et la claire lumière
Du méditant illuminer l’état ultime.
Qu’elle se diffuse l’épiphanie des trois sagesses ! (Bis)
6-Puissions- nous rencontrer le Dharma sans erreur 
Qui a pour base le point des deux Vérités*, que
N’enferment pas le nihilisme, l’éternalisme   ,
Voie sublime des deux amas** que ne limite
Aucun contresens***, c’est elle qui mène au fruit
Des deux Biens, sans nirvana- samsara, extrêmes.
7-La base à purifier est l’esprit même, Claire
Lumière en son union avec la vacuité ;
Le grand yoga de vajra du mah
āmudrā
Est le purifiant et les souillures passagères
Sont ce dont il faut se purifier*. L’avènement
D’un pur dharmakaya sans tache en est le fruit.
8-Ayons foi en les Vue, Méditation, Conduite :
Vue sûre éradiquant les appropriations
Sur la Base, Méditation cruciale en sa veille
Sans distraction sur cette vue, Conduite parfaite
Qui se consacre à faire s’épanouir tous les
Points qui sont contenus dans cette méditation.
9-Tous phénomènes sont l’émanation de l’esprit, 
Esprit qui n’est pas un « esprit », car vacuité
Sans essence, fut-ce t’elle d’un esprit. Et vacuité,  
L’esprit, sans résistance, permet l’illusion des
Dharmas. Puisse une /bonne analyse/ de notre part
Déraciner à son fondement leur floraison !
10 -Nous commettons l’erreur de prendre pour des objets
Nos projections illusoires et, sous le pouvoir
De l’ignorance, celle de voir un soi dans notre
Auto-conscience, double méprise qui nous renvoie
Aux confins du Devenir. Oh, déracinons
Ces erreurs dues aux égarements de l’ignorance !
11-Non existante, les Vainqueurs même ne la voient pas,
Elle n’est pas un néant puisque la base de tout
Ce qui transcende le samsara. Oh puissions-nous
Réaliser la dharmata de l’esprit libre
Des confinements, c’est la Voie médiane de l’union
             Qui n’est pas en contradiction avec ces points.
             12 - Faisons crédit à cet axiome parfaitement juste :
La nature des phénomènes, au-delà de toute
Intellection, n’est pas une fabrication.
Nulle caractéristique pour dire : « Elle est ceci ».
Nulle preuve contraire pour affirmer « Elle n’est pas ça ». (Bis)
13-Sans réalisation, l’océan sasārique
Nous fait tourner en rond*. Sitôt cela compris,
Cela même, il n'y a pas d’autre bouddhéité.
Tout est cela, rien pour ne pas l'être, percevons
            Le pur réel, la base cachée de toute chose. (Bis)
14-L’apparence est l’esprit ; la vacuité, l’esprit,
La réalisation, l’esprit ; la confusion
Est aussi mon propre esprit tout comme l'émergence
Est l’esprit, et la cessation aussi l’esprit.
                  Coupons court aux manipulations de l’esprit ! *(Bis)
15-Sans la pression d’une méditation contrefaite,
Immuables sous le souffle des clameurs du Monde,
Abîmés en l’état naturel sans souillures
Puissions-nous être experts en la pratique du point
Décisif de l’esprit et sa conservation ! (Bis)
16-Les vagues des pensées, fortes ou subtiles, s’apaisent
En leur propre aire, tandis que le cours de l’esprit,
Sans ondes, a une immobilité naturelle.
Qu’océan de
śamatha, immuable, demeure
Sans torpeur, hébétude ou assoupissement. (Bis)
17-Quand on regarde encore et encore l’esprit,
Bien qu’invisible, on a la vision très profonde
Tel qu’en lui-même d'un imperceptible Réel.
Tous doutes ôtés sur ce qu’il est, doutes qu’il n’est pas,
Que l’esprit, sans erreur, s’y reconnaisse lui-même. (Bis)
18-Scrutant les objets, nul objet vu mais l’esprit.
Scrutant l’esprit, nul esprit à voir, vide d’essence.
Scrutant les deux, la saisie dualiste se
Libère d’elle-même. Puissions-nous, oh,  réaliser
La Claire lumière, nature réelle de l’esprit ! (Bis) 
19-Liberté d’artefact mental, elle est    Grand Sceau* ;
Libre d’extrêmes, elle est Grande Voie du milieu**.
Comprenant toutes [vues], elle est Grande Complétude***.
Que soit nôtre, la certitude : comprendre une vue
             C’est réaliser le sens de toutes celles-ci ! (Bis)
20- Que nous fassions continûment ces expériences
Naturelles : félicité vaste, sans fin, d’absence
D’attachement ; la Claire lumière sans attributs
Figés et que nulle turbulence n’éclipse ;
              La spontanée non-pensée, passé l’intellect. (Bis)
21- La fixation sur ces expériences, prétention
A leur « qualité », abolie en sa propre aire,
La confusion, des pensées vaines, pure dans la
Sphère naturelle ; la Conscience ordinaire*
Sans rejets, adoptions ; que nous réalisions,
La vraie dharmat
ā, libre d’élaborations.
22-La nature des êtres est toujours bouddhéité.
Mais, ignorants, ils sont voués à une errance
Dans un sa
sara sans confins. Qu'en notre courant
Mental, elle naisse, la compassion insupportable
Pour les êtres dans une souffrance sans limites. (Bis)
23-Le moment d’une grâce sans frein, vivacité
D’une compassion insupportable, est celui de
L’aube dénudée de la vacuité essentielle.
Méditons jours, nuits, sans jamais nous arrêter,
La voie sublime, sans dichotomies, de l’Union. (Bis)
24-Celle aux Yeux et Presciences nés de la puissance
Méditative, qu’elle advienne, la bouddhéité
Ultime aux trois purification, mûrissement,
Complétion : purification des champs bouddhiques,
Le Mûrissement des êtres et la complétion
              Du vœu d’accomplir les qualités d’un bouddha.
25-Par la compassion des bouddhas, leurs fils, leurs filles 
Des dix directions, par l’élan des vertus, dans
Leur diversité, leur blancheur, autant qu’elles sont,
Que les prières d’aspiration parfaitement pures
De moi et tous les êtres s’accomplissent telles quelles ! (Bis)